Incarnation, gestation et naissance

 

Lorsque nous décidons de revenir sur terre pour vivre une nouvelle expérience d'enrichissement de notre âme nous nous fixons parfois des objectifs ambitieux avec des épreuves difficiles à traverser, dès la naissance pour certains.

 

Pendant le processus d'incarnation, lorsque nous quittons notre groupe d'âmes nos niveaux d'énergie et de vibration diminuent au fur et à mesure que nous nous approchons de la terre, notre courage aussi du coup. Des angoisses peuvent gagner notre âme qui perd progressivement le contact conscient avec notre source (La partie de notre âme qui est restée en haut) et avec nos âmes sœurs. Nous commençons à nous sentir abandonnés, rejetés ou trahis par nos âmes sœurs restées en haut. L'angoisse nous gagne face à la difficulté de la mission que nous nous sommes fixés et à l'état de l'humanité actuellement.

 

Au fur et à mesure que nous nous approchons de la terre nous rentrons dans l'égrégore de la terre et puis dans celui de notre pays. L'énergie de ces égrégores est beaucoup moins agréable que l'énergie d'Amour que nous venons de quitter en nous séparant de nos âmes sœurs. Si nous ne sommes plus connectés à notre source en conscience nous commençons à prendre sur nous l'énergie de ces égrégores peu agréable. Notre angoisse augmente encore ainsi que notre blessure d'âme (Abandon, rejet, trahison, injustice).

 

Quand nous arrivons dans le ventre de notre maman nous récupérons les énergies de nos parents et des lignées des ancêtres maternelles et paternelles. Nous récupérons de nos ancêtres toutes les fausses croyances, les missions inachevées, les blessures d'âme, les souffrances, les émotions, parfois aussi les âmes de quelques ancêtres ou des âmes revanchardes. Tout cela est bien lourd, bien loin de l'énergie d'Amour inconditionnel du monde spirituel qu'on a quitté pour s’incarné.

 

Ensuite, pendant la gestation, on va être confronté aux émotions de la maman et du papa, d'autres proches. De nouvelles empreintes se marquent dans nos cellules.

 

L'état émotionnel de notre âme va grandement influencer la fin de la gestation et de la naissance.

 

Nos peurs de venir sur terre peuvent être si importantes que nous restons en siège pour ne pas sortir du ventre de maman. Le cordon ombilical peut s'enrouler autour du coup comme pour nous suicider. Nous pouvons tenter aussi d'en finir en venant très à l'avance ou retarder le moment de la naissance au-delà du terme normal par manque de motivation. Certaines âmes quittent carrément leur corps très vite et la maman fait une fausse couche, l'âme restant accrochée à la maman jusqu'à la naissance du prochain enfant le plus souvent.

 

En cas d'accouchement compliqué les peurs de la maman et du personnel vont marquer le bébé, les souffrances physiques et morales de la maman aussi, les pressions sur notre corps vont laisser des mémoires cellulaires qu'on peut ressentir plus tard dans notre vie, certains enfants vont développer très tôt une scoliose ou être très angoissés par exemple.

 

La façon dont nous sommes accueillis au moment de la naissance impacte aussi beaucoup notre sentiment d'être le bienvenu ou pas. En cas de séparation de l'enfant de la mère pour raison médicale cela aggrave souvent la blessure d'abandon.

 

Nous arrivons donc le premier jour de notre vie hors du ventre de maman avec des valises bien chargées. Et ces mémoires et blessures d'âme vont colorer tout notre vie si rien n'est fait pour guérir ces blessures et libérer les mémoires cellulaires. Nous attirons dans notre vie des situations et des personnes qui aggravent nos blessures d’âmes jusqu’à ce que nous travaillons dessus pour nous en libérer.

 

Ensuite, étant coupé de notre source nous cherchons partout autour de nous, en commençant par nos parents, quelqu'un capable de nous donner tout l'Amour que nous avons connu dans le monde spirituel. Et c'est le début des déceptions, ces blessures de rejets et d'abandon en cascade, car personne sur terre ne peut nous donner cet Amour.

 

Nous devons nous reconnecter à notre source pour ne plus souffrir et retrouver la source de joie au fond de notre cœur.

 

Le but de la métaphore d'incarnation que nous avons créée et  utilisons sous hypnose permet de libérer notre âme de la blessure fondamentale d'abandon et de tous les traumas encourus pendant ces 9 mois, de dissoudre les mémoires cellulaires du corps, de retrouver la joie de vivre, la confiance en soi et une meilleure santé psychique et physique .

 

Quelques exemples:

 

Cordon autour du coup: sentiment d'étouffer, d'avoir du mal à respirer, on ne supporte pas de pression sur la gorge (contact, col roulé), peu de joie de vivre,

 

Peurs de la maman pendant l'accouchement: angoisses, manque de confiance en soi, peur de mourir,

 

Décès d'un proche pendant la grossesse: beaucoup de tristesse chez l'enfant. L'âme du proche peut en plus s'accrocher au bébé pour vivre à travers lui par procuration (Enfant bipolaire, schizophrène, somnambule).

 

Nous nous faisons abandonner systématiquement pas le conjoint.

 

Tous ces traumas peuvent être réparés facilement par la métaphore.

 

René Mopty

Hypnothérapeute certifié

35 rue des champs

6791 Athus

(province du Luxembourg)

063 433 903

rene.mopty@skynet.be

Contact et plan d'accès

Elodie Mopty

Hypnothérapeute certifiée

0486 10 69 72

 

elodiemopty@yahoo.fr

9 avenue du Mont Kemmel

1190 Bruxelles (Forest)

 

Reprise des séances en mai 2017

 

Pour les personnes qui ont déjà fait au minimum une séance d'hypnose, il est possible d'organiser une séance par skype sur demande. Vive la technologie au service de l'humain !